Projet

Etude sur les besoins et les possibilités d’implication du personnel infirmier actif et inactif dans le projet Re Care

Les études et les recherches menées ces dernières années montrent que, dans la plupart des pays industrialisés, y compris la Suisse, il y aura une importante pénurie de personnel infirmier dans l’avenir suite à la demande croissante de prestations de services dans le domaine de la santé, notamment en matière de soins de longue durée et de maladies chroniques. Ceci en raison des changements démographiques, environnementaux et culturels, ainsi que des facteurs liés aux environnements de travail, tant pour le personnel actuellement actif que pour les potentiel-le-s futur-e-s employé-e-s dans ce domaine.

Adobe Stock / galitskaya

L’étude en question était inscrite dans le cadre du projet cantonal Re Care (résilience et réinsertion du personnel infirmier dans les soins de longue durée), qui vise à contribuer aussi bien au maintien qu’à la réintégration du personnel infirmier dans les soins de longue durée en agissant de façon intégrée sur la gestion, sur le personnel en place (dans les différents rôles professionnels) et sur le personnel qualifié qui a quitté le domaine des soins, mais qui souhaite y revenir de manière durable. Re Care était destiné à mettre en place, à planifier et à tester une offre ciblée et innovante de formation continue, organisée sur plusieurs interventions et destinée à la fois au personnel en fonction ainsi qu’à celles et ceux qui souhaitent revenir dans la branche.

Le projet Re Care a été structuré en trois actions pilotes, à savoir:

  1. « ateliers des futurs », proposés dans six services de soins de longue durée. De nature interprofessionnelle, ces ateliers avaient pour finalité de favoriser la réflexion, l’échange et la planification relatifs aux besoins en matière de soins et aux changements en cours ;
  2. préparation et accompagnement d’évaluation d’un programme modulaire de perfectionnement sur le thème des soins de longue durée ;
  3. préparation d’une action pilote de formation « Bien-être dans le travail de soins », destinée aux cadres des différents services concernés et élaborée avec les partenaires des organisations et des institutions cantonales impliquées dans le projet.

L’étude décrite ici s’inscrit dans le cadre de l’action B et visaitnotamment à réaliser des enquêtes utiles pour la planification d’une formation continue sur le thème des soins de longue durée, axée sur les besoins du personnel soignant, actif et inactif, ainsi que à fournir des données contextuelles pertinentes pour la réalisation de l’action C.

Méthode

La méthodologie générale du projet Re Care était basée sur une perspective théorique de Recherche Action avec une approche participative récursive. Pour ce qui concerne les enquêtes de l’action B, une approche Mixed Method Research a été utilisée pour répondre aux questions suivantes:

  1. Quels sont les aspects qui contribuent au maintien ou à l’interruption de l’activité infirmière dans les structures sanitaires tessinoises?
  2. Quelles indications peuvent être prises en considération concernant cette thématique dans la formation de base et la formation continue du personnel infirmier?
  3. Quelles indications peuvent être prises en considération pour que les structures sanitaires puissent favoriser la fidélisation ou le retour du personnel infirmier dans leurs établissements?

Sur la base de ces questions, deux catégories d’enquêtes ont été menées:

  • Une exploration documentaire: études nationales et internationales actuelles et statistiques récentes en rapport avec le projet Re Care, ainsi que projets et bonnes pratiques appliquées sur le terrain (quinze d’entre elles ont été détectées), relatives à la fois à la résilience et à la réintégration du personnel infirmier;
  • Une recherche sur le terrain, caractérisée par des entretiens semi-structurés (20 personnes impliquées) et la diffusion d’un questionnaire en ligne (cent personnes ayant répondu) pour explorer le contexte professionnel et les besoins, ainsi que trois focus groups de discussion pour débattre de ce qui a émergé des entretiens et du questionnaire (24 participant-e-s).
Résultats

Grâce à l’analyse documentaire, il a été possible de délimiter le problème, d’identifier les facteurs influençant la pénurie de personnel infirmier et les pistes possibles pour pallier ce problème à travers l’analyse des projets, des études récentes et des bonnes pratiques. Grâce à l’enquête de terrain, il a été possible d’identifier les expériences d’un groupe d’acteurs et d’actrices impliqué-e-s dans notre territoire (personnel infirmier actif et inactif, expert-e-s du domaine). Nous présentons ci-dessous une synthèse des résultats en reprenant les questions de recherche initialement posées.

  1. Quels sont les aspects qui contribuent au maintien ou à l’interruption de l’activité infirmière dans les structures sanitaires tessinoises?

    Les résultats de l’exploration documentaire et de la recherche sur le terrain indiquent que les aspects qui contribuent au maintien du personnel sont les mêmes que ceux qui conduisent à l’interruption de la pratique de la profession, au cas où ces conditions ne sont pas remplies. La comparaison des résultats obtenus a permis de souligner l’importance d’investir dans les aspects psychosociaux du bien-être au travail, et ceci notamment dans quatre pôles d’intervention prioritaires: la croissance et le développement professionnels du personnel, la santé et la sécurité, des relations sociales positives et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Une action conjointe sur ces quatre pôles d’intervention semble constituer une piste efficace au niveau cantonal pour garder un personnel infirmier actif et satisfait et, par conséquent, réduire le phénomène de turnover professionnel.
     
  2. Quelles indications peuvent être prises en considération sur cette thématique dans la formation de base et la formation continue du personnel infirmier?

    à la lumière des résultats concernant les conditions nécessaires à l’activation de la résilience auprès du personnel infirmier actif et les pratiques de réinsertion efficaces pour le personnel inactif, un certain nombre de suggestions ont été formulées pour des pistes qui pourraient être suivies dans le domaine de la formation. Celles-ci concernent principalement deux domaines. Le premier est la croissance et le développement du personnel, en tant qu’investissement permanent dans toutes les phases de la carrière professionnelle (formation de base, socialisation au sein de la profession, insertion dans de nouveaux services de santé suite à un turnover organisationnel, parcours de réinsertion et formation continue). Le second concerne les questions de santé et de sécurité, à promouvoir par le biais de formations visant le développement d’une attitude résiliente, susceptible de renforcer les facteurs de protection de la santé et de contrebalancer les facteurs de risque. Les participant-e-s aux enquêtes de terrain ont notamment souligné l’importance d’apporter du soutien dans la gestion du stress.
     
  3. Quelles indications peuvent être prises en considération pour que les structures sanitaires puissent favoriser la fidélisation ou le retour du personnel infirmier dans leurs établissements?

    Pour ce qui concerne cette question, les résultats nous ont permis de souligner l’importance d’une implémentation de dispositifs d’accompagnement, prévoyant des parcours de conseils, des possibilités de stages encadrés et rémunérés. Ces aspects rappellent une fois de plus la dimension liée à la croissance et au développement du personnel, qui semble être d’une importance fondamentale dans ce domaine spécifique. Les personnes impliquées dans l’enquête sur le terrain souhaitent également que l’on accorde davantage d’attention à la question de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, avec une répartition plus flexible des quarts de travail. Cette question ne concerne pas seulement le personnel ayant des enfants à charge, mais constitue une préoccupation de plus en plus répandue, liée plus généralement à la préservation des espaces privés et du repos.

Ces considérations ont constitué la base de la mise sur pied du parcours de formation pour la réinsertion du personnel infirmier, conçu et réalisé par le Centro professionale sociosanitario e infermieristico (CPSI) de Bellinzona et Manno au cours de l’année scolaire 2022-2023. Elles constituent également le fondement de la mise en œuvre de la troisième action du projet Re Care, se référant au bien-être dans le domaine des soins, qui est actuellement encore en phase de réalisation.