Enseignement avant, pendant et après la crise du coronavirus : défis et atouts

Du 16 mars au 8 juin 2020 et du 2 novembre au 19 mars 2021, l’enseignement en présentiel a été interdit au degré tertiaire dans toute la Suisse en raison du confinement lié au coronavirus. Afin de garantir la poursuite de la formation dans les écoles supérieures, il a fallu passer sans délai de l’enseignement conventionnel aux cours à distance. Pour les membres du corps enseignant, cela impliquait de repenser leur pratique de façon souple et rapide.

Adobe Stock

Nous avons examiné les atouts et les risques de ce changement et de l’accélération de la numérisation forcée qui en résulte dans une première étude en 2020. Nous avons demandé au corps enseignant d’écoles supérieures comment il avait géré l’enseignement à distance obligatoire au printemps 2020.

Sur cette base, nous menons actuellement une étude sur les expériences vécues pendant la deuxième période de formation à distance. L’objet de cette deuxième étude est de savoir si et comment les premières expériences de formes d’enseignement numériques ont été exploitées dans cette deuxième phase et intégrées ensuite dans l’enseignement régulier. Pour ce faire, nous menons des entretiens fondés sur un guide de conversation avec des enseignantes et enseignants d’écoles supérieures. Les connaissances ainsi acquises sur les atouts et les risques des formes d’enseignement numériques aideront le corps enseignant et les écoles supérieures à remodeler les cours pour qu’ils perdurent dans le temps.

Informations complémentaires