Projet

Défis pour le corps enseignant des écoles supérieures – la transition de l’enseignement conventionnel vers les cours à distance

Au printemps 2020 et en automne/hiver 2020/2021, l’enseignement en présentiel au niveau tertiaire a été interdit dans toute la Suisse. Nous avons examiné les atouts et les risques de ce changement et de l’accélération de la numérisation forcée qui en résulte dans une étude l’année dernière.

Adobe Stock

Sur cette base, nous menons actuellement une étude sur les expériences vécues pendant la deuxième période de formation à distance. L’objet de cette étude est de savoir si et comment les premières expériences de formes d’enseignement numériques ont été exploitées dans cette deuxième phase et intégrées ensuite dans l’enseignement post-coronavirus. Les connaissances ainsi acquises sur les atouts et les risques des formes d’enseignement numériques aideront le corps enseignant à remodeler leurs cours pour qu’ils perdurent dans le temps ainsi qu’à préparer de manière optimale les personnes en formation au monde du travail numérisé.

Dans cette étude, nous mettons l’accent sur deux aspects centraux. En premier lieu, nous examinons comment le corps enseignant a intégré les expériences d’enseignement numérique de la première phase de l’enseignement à distance dans la deuxième phase à l’automne/hiver 2020/21. En second lieu, nous évaluons l’impact de l’expérience d’enseignement et d’apprentissage à distance sur l’enseignement « normal » après coronavirus. Dans la première étude, la majorité du corps enseignant avait l’intention de compléter à l’avenir l’enseignement « normal » par les technologies numériques et d’autres formes d’apprentissage innovantes (p. ex. le blended learning). Nous analysons maintenant comment le corps enseignant a adapté ses cours après la fin de l’enseignement à distance et quelles conséquences cela a entraîné pour les (différentes) personnes en formation.

C’est pourquoi les questions suivantes sont centrales :

1. Comment le corps enseignant a-t-il intégré l’expérience acquise en matière d’enseignement et d’apprentissage numériques lors de la première phase d’apprentissage à distance dans la deuxième phase d’apprentissage à distance ?

  • Quelles nouvelles formes d’apprentissage et d’enseignement numériques ont été introduites, lesquelles ont été réutilisées et lesquelles ont été complètement abandonnées ? Pour quelles raisons ? (Stratégies)
  • Quelles étaient les raisons d’une adaptation (réussie) lors de la deuxième phase ?

2. Comment les expériences acquises par l’enseignement à distance se répercutent-elles sur l’enseignement après coronavirus ? Quel est l’impact sur les personnes en formation ?

  • Dans quelle mesure le corps enseignant a-t-il intégré les compétences (numériques) acquises et son expérience d’enseignement à distance dans ses cours traditionnels ?
  • Quelles enseignantes et quels enseignants ont adapté les formes d’enseignement après la fin de l’enseignement à distance et de quelle manière ?
  • Quelles enseignantes et quels enseignants ont suivi une formation continue et de quelle manière ?
  • Quels atouts et quels risques en découlent pour les différentes personnes en formation ou les types d’apprentissage ?

3. Le passage forcé à l’enseignement à distance entraîne-t-il aussi à long terme une accélération de la numérisation dans les écoles supérieures ?

Les résultats de notre étude servent à développer des offres de formation sur mesure afin de renforcer les compétences numériques du corps enseignant à plus long terme. Nous nous concentrons également sur la numérisation continue des écoles supérieures. Un aperçu des expériences du corps enseignant en matière d’enseignement à distance peut aider les écoles à développer leur offre d’enseignement. L’objectif de notre étude est donc également de thématiser les besoins de développement ultérieur et d’en déduire les meilleures pratiques pour l’enseignement dans les écoles supérieures.

Méthode

Dans la première étude, une enquête en ligne auprès d’enseignantes et enseignants d’écoles supérieures a constitué la base de données. Ont répondu à l’enquête en automne 2020 187 enseignantes et enseignants de 20 ES de Suisse alémanique.

Dans la deuxième étude, nous menons actuellement des entretiens qualitatifs fondés sur un guide de conversation avec des enseignantes et enseignants de différentes écoles supérieures et orientations afin d’approfondir les connaissances acquises lors de la première étude.

Cette démarche à la fois qualitative et quantitative permet d’identifier les défis et les potentiels que recèlent pour l’enseignement les processus de changement liés à la pandémie et d’en déduire des recommandations concrètes à l’intention des écoles supérieures.

Résultats

L’enseignement donné exclusivement à distance était une solution d’urgence et ne devrait intervenir à l’avenir qu’à titre exceptionnel. L’analyse descriptive de la première étude montre que, dans leur majorité, les membres du corps enseignant ont évalué cette expérience de façon positive et saisi cette occasion pour perfectionner leur connaissance des outils numériques. Il n’en reste pas moins que, par comparaison avec les cours en présentiel, ces formats comportent aussi des inconvénients non négligeables : parmi ceux-ci, le corps enseignant relève en particulier le manque de contact (personnel) avec les personnes en formation, le manque de possibilités de les encadrer et de les soutenir, le choix de méthodes adéquates et l’évaluation des prestations. Par ailleurs, il se montre critique face au réel succès des apprentissages.

Plus d'informations sur les résultats de la première étude sont disponibles ici (en allemand).

Les résultats de la deuxième étude seront publiés en 2022.

Publications
Transfert dans la pratique