27.08.2018: rapport final, projet de recherche

Attitude de l’opinion publique envers le rôle de l’État et l’offre privée de formation : témoignages empiriques issus du contexte du système de formation professionnelle suisse

Les recherches antérieures ont montré qu’une grande part des entreprises formatrices semblent prêtes à supporter des coûts nets très importants en matière de formation (tout en démontrant que la formation d’apprenti-e-s est rentable déjà à court terme, en moyenne). L’une des explications possibles de ce comportement repose sur le fait que les entreprises agissent en accord avec les normes sociales et les attentes spécifiques au marché du travail local dont elles font partie. Dans le cadre du projet de recherche décrit ici, nous nous demandons si le fait que l’offre privée (et non publique) de prestations publiques soit considérée comme une norme influence la probabilité d’une entreprise à proposer des places d’apprentissage.

Pour notre analyse empirique, nous nous appuierons sur des données issues de trois études transversales portant sur les coûts à court terme et les avantages financiers de la formation d’apprenti-e-s pour l’entreprise proposant la formation (« étude coûts/bénéfices »). Afin de mesurer la norme locale selon laquelle la formation professionnelle devrait être proposée par des instances privées, nous utiliserons des résultats au niveau communal de deux votations demandant une plus grande implication publique dans l’offre de formation professionnelle. Ces deux votations, qui ont eu lieu à l’échelon national, montrent des variations des résultats désaggrégés par communes dans la force du positionnement de l’opinion publique face à l’offre privée de prestations publiques. Nous utiliserons également des données issues d’autres sources (telles que le recensement de la population suisse) et des méthodes à effets fixes pour étudier des mécanismes explicatifs alternatifs, qu’ils aient été observés ou non, et des méthodes de variables instrumentales pour traiter la problématique imminente de causalité inverse.

Nous partons de l’hypothèse que, toutes choses égales par ailleurs, l’incidence et l’intensité de la formation parmi les entreprises privées sont plus importantes dans les régions où la norme en matière d’offre privée de formation est plus forte, et que la probabilité d’observer la présence de places d’apprentissage générant des coûts nets au cours de la période de formation est plus forte dans les régions où une offre de formation des apprenti-e-s par des acteurs privés représente la norme. Nous partons également de l’hypothèse que l’impact des normes sociales dépend des caractéristiques de l’entreprise (par ex. sa taille) et/ou du lieu d’implantation (par ex. taille de la région) ; ceci nous permet de tester des hypothèses supplémentaires et de vérifier ainsi la plausibilité de nos estimations principales.

A notre connaissance, il s’agit de la première étude empirique sur l’importance des normes sociales dans le comportement des entreprises en matière de formation. Les résultats de notre étude viendront compléter les preuves existantes issues de la recherche en formation professionnelle sur les déterminants des comportements des entreprises en matière de formation. En apportant un éclairage sur le rôle des normes sociales et culturelles dans l’offre de place d’apprentissage des entreprises, ces résultats permettent d’aborder plus particulièrement la question de la transférabilité (partielle) du système de la formation professionnelle suisse vers d’autres pays.

Etat du projet: 
Terminé
Date: 
1.9.2016 - 28.2.2018
Responsable de projet: 
Partenaires: 
  • Forschungsstelle für Bildungsökonomie, Universität Bern / Centre for Research in Economics of Education, University of Bern
  • Staatssekretariat für Bildung, Forschung und Innovation SBFI / Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI / Segreteria di Stato per la formazione, la ricerca e l’innovazione SEFRI / State Secretariat for Education, Research and Innovation SERI