La culture de l’apprentissage se transforme

1er février 2024 – Apprendre en continu est désormais une exigence. La question de savoir comment nous structurons l’apprentissage gagne dès lors en importance. Les représentations que nous en avons sont en constante mutation. Il vaut la peine de s’y pencher pour trouver de nouvelles manières d’enseigner et d’apprendre et, ainsi, de favoriser la réussite.

a modern, innovative learning environment
«A modern, innovative learning environment blending traditional and digital elements.»
HEFP/IA DALL-E

La manière dont nous apprenons est toujours un reflet de l’évolution de notre société. L’image que nous avons aujourd’hui d’un bon environnement d’apprentissage a radicalement changé en peu de temps : les écoles professionnelles ont remplacé les salles de classe traditionnelles par des paysages d’apprentissage aux usages multiples. Les personnes en formation travaillent de manière individuelle, autodirigée et souvent dans des espaces numériques. 

Certaines entreprises investissent elles aussi beaucoup dans leur culture d’apprentissage. Dès le début, elles confient des responsabilités aux personnes en formation et les laissent tenter quantité de choses par elles-mêmes, pour leur permettre de tirer des enseignements de leurs expériences et de leurs erreurs. Une équipe de recherche de la HEFP a examiné ces cultures d'apprentissage innovantes, notamment chez Swisscom et à la Poste

« C’est motivant de savoir qu’on peut apprendre des choses par soi-même », déclarait un apprenti de la Poste à nos chercheurs, en ajoutant : « Devoir rechercher par soi-même est plus stimulant. Parce qu’on sait que personne ne nous dira : <Regarde, c’est là que tu vas trouver.> » 

Un apprentissage autodirigé n’est pas un apprentissage isolé. Là aussi, l’instruction et les modèles sont essentiels. Cette voie est exigeante et nécessite la volonté et le courage de se remettre en question. 

Les relations sont marquées par la confiance mutuelle, car il est essentiel d’entretenir de bons rapports. Formateurs/formatrices et apprenties se témoignent leur reconnaissance et apprennent les uns des autres. Les formateurs/trices accompagnent et encouragent les apprenties sur le plan professionnel, mais aussi dans leur développement personnel – un rôle qui s’assimile de plus en plus à celui d’un coach. 

Fin février, la Journée de la Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle SRFP, de la Poste et de la HEFP sera l’occasion de se pencher de façon plus approfondie sur les cultures actuelles de l’apprentissage dans les écoles professionnelles et les entreprises. 

Les nouvelles modalités d’enseignement et d’apprentissage sont un plus pour la formation professionnelle. Elles contribuent pour beaucoup à préparer les apprenties aux défis du monde du travail où l’on demande, outre des compétences professionnelles, des qualités telles que la curiosité, la créativité, l’esprit d’innovation et la volonté d’apprendre tout au long de la vie. Ajoutons que si nous nous ouvrons à cette démarche, nous apprendrons beaucoup de la jeune génération. 

Dre Barbara Fontanellaz 

Directrice HEFP